SNMPMI - Le succès de la prévention en santé familiale, infantile et juvénile passe-t-il par la preuve ?

Forum des images - 2, rue du Cinéma - 75001 Paris
Du vendredi 25 novembre 2022 au samedi 26 novembre 2022
vendredi 25 novembre 2022
de 09:00 à 09:30
Introduction
de 09:30 à 10:30
Qu’en est-il de la preuve scientifique en médecine et en prévention ?

Elie Azria Gynécologue-obstétricien, Chef de service de la Maternité Notre Dame de Bon Secours - Paris, Professeur à l’Université Paris Cité et épidémiologiste à l’Inserm équipe EPOPé

de 11:00 à 12:00
Apports et limites de l’épidémiologie pour apporter des preuves en prévention

Marie-Aline Charles Médecin épidémiologiste et directrice de recherche à l’Inserm, Unité mixte Ined-Inserm Elfe

de 13:30 à 14:45
Recherche interventionnelle en santé des populations et concept de “viabilité” des interventions

Linda Cambon Enseignante - chercheuse, Professeure titulaire de la Chaire de Prévention à l’Institut de Santé Publique, d’Epidémiologie et de Développement (ISPED) de l’Université de Bordeaux Charlotte Decroix Doctorante, Université de Bordeaux, Inserm U1219

de 15:15 à 16:00
Approche socio-anthropologique des usagères de la PMI de Seine-Saint-Denis : quels ressentis du côté des femmes ?

Christine César Sociologue, Équipe petite enfance de Santé publique France

de 16:00 à 17:00
Étude sur les bénéficiaires, les partenaires et les professionnel.le.s de PMI en Seine-SaintDenis : quels enseignements sur les pratiques de

Pascal Sanchez Sociologue (ex-consultant cabinet Wavestone)

samedi 26 novembre 2022
de 08:30 à 09:00
Accueil
de 09:00 à 10:00
En quoi la question de la preuve en prévention et promotion de la santé est-elle complexe ? L’exemple de la santé mentale

Xavier Briffault Chercheur en sciences sociales de la santé, CERMES 3, équipe CESAMES Université Paris Descartes-CNRS-INSERM

de 10:30 à 11:15
Une prévention “qui fait ses preuves” en partant de la vérité subjective des personnes (1)

Collectif  “Etre Parhand” de l’Association des Paralysés de France

de 11:15 à 12:15
Une prévention “qui fait ses preuves” en partant de la vérité subjective des personnes (2)

Association ATD Quart Monde

de 13:45 à 14:45
Pratiques de prévention par les pairs dans le champ de la sexualité, quels effets sur les conduites des adolescent.e.s ?

Intervenant.es du Mouvement Français pour le Planning Familial de Guyane

de 14:45 à 16:30
La narration comme prévention

Catherine Dolto Médecin et haptothérapeute, présidente du Centre international de recherche et de développement en haptonomie (CIRDH)    Ophélie Berger Médecin de PMI, département de la Gironde

de 16:30 à 17:00
Conclusion
Forum des images - 2, rue du Cinéma - 75001 Paris

Le succès de la prévention en santé familiale, infantile et juvénile passe-t-il par la preuve ?

Le thème de ce colloque propose une réflexion approfondie autour de la notion de "preuve" et de "vérité scientifique" en matière de médecine et de santé, en particulier dans le champ de la prévention et de la promotion de la santé périnatale, infantile, juvénile et familiale.
Le modèle biomédical et ses outils de recherche expérimentale sont de plus en plus sollicités pour s’appliquer au champ de la santé publique. Sont-ils toujours adaptés pour, sinon "mesurer", au moins apprécier ou prévoir les effets de telle ou telle intervention en prévention, en promotion de la santé ? Les déterminants de santé appartenant à des domaines aussi variés que les environnements physiques, sociaux, économiques, psychologiques, de l’éducation ou encore les modes de vie et le recours aux soins, comment déterminer l’« efficacité » des interventions en santé publique sur une ou plusieurs composantes de la santé, la santé perçue ou la santé globale des personnes au sens de l’OMS ? Face à des facteurs aussi hétérogènes et diversement combinés, les méthodes des sciences expérimentales qualifiées d’"evidence based medicine" y suffisent-elles ou bien doit-on les réserver à des problématiques de prévention où les facteurs de corrélation sont plus aisés à établir comme par exemple le lien entre la couverture vaccinale et le degré de protection d’une population ?
À quels autres outils peut-on alors recourir, à côté de méthodes dites evidence-based, pour évaluer, au sens de "mettre en valeur" , la portée d’actions de prévention, de promotion de la santé en santé périnatale, infantile, juvénile et familiale : approche médico-économique, épidémiologique notamment par les cohortes, sociologique et anthropologique ou par les sciences politiques ; approches combinées ; recherche interventionnelle en santé des populations ; analyse par la narrativité expérientielle des acteurs... ?
À travers réflexions théoriques et retours d’expériences pratiques le colloque tentera de mieux cerner les conditions à réunir pour apprécier les effets d’activités, d’expériences ou de programmes de prévention, particulièrement dans le champ d’action de la PMI et de la santé sexuelle, et faire reconnaître ainsi toute sa place à cet exercice public, à la fois médical et de promotion de la santé.